Bienvenue sur Treize à la douzaine, un blog d'écriture partagée...

Bienvenue sur Treize à la douzaine, le blog d'écriture partagée proposé par Annick SB...



Promenade

Cloclo



Elle trimballe dans sa tête, en marchant,  tant de choses inutiles. Le problème, c’est qu’elle a toujours eu trop de mémoire : elle se souvient de tout, des bons, des mauvais souvenirs, de la couleur de ses crayons, surtout le jaune, qui lui servait naguère pour dessiner les soleils. Il y avait toujours  un soleil dans un coin de la page et la maîtresse disait : il fait toujours beau dans les dessins de Chantal. Plus tard, on la traita de prétentieuse, en raison de ses prix de danse, que ses petites camarades lui enviaient. La danse, c’était sa passion, elle avait remporté le concours sur un ballet de Debussy, et puis, ce fut l’accident, bête… six marches dévalées et six mois d’hôpital. L’agent de police avait soupiré : pauvre petite, elle ne pourra sans doute plus remarcher. Ah, comme elle avait pleuré à cette annonce. Ses parents avaient eu beau la consoler, rien n’y fit. Et puis, quelques années plus tard, le miracle se produisit : elle retrouva l’usage de ses jambes et put à nouveau remonter sur les planches, et poursuivre une belle carrière de danseuse-étoile. A cette évocation, Chantal sourit, elle allonge le pas, semble retrouver sa souplesse d’antan, le jeu de jambes qui était le sien il y a 30 ans. Elle enjambe le ruisseau, saute de fleur en fleur, imite avec grâce le jeu aérien d’un gentil xylocope, dont la taille démesurée ne lui fait même pas peur. L’écoutant vrombir, elle évoque alors, en sa puissante mémoire, le jour où elle évolua sur « Le vol du bourdon », qui lui valut tant de compliments autour d’elle et dans la presse.
Tout ceci est si loin. L’heure passe, Chantal sort avec empressement du bois, à une ramification du chemin, elle n’oublie pas de tourner à droite, elle voudrait revenir au village avant que l’épicerie du village ait fermé ses portes. Mais elle n’est pas réfractaire à une nouvelle balade, ces bois de feuillus sont si beaux au printemps, c’est promis, bientôt elle reviendra s’y promener, et d’autres souvenirs resurgiront, ces petits fétus du passé qui lui chatouillent si souvent la mémoire,
et la ramènent tantôt aux jours heureux de sa vie, tantôt aux souvenirs douloureux auxquels aucun Homme sur terre n’échappe. C’est aussi sa façon à elle de faire revivre les êtres qu’elle a tant aimés.


Cloclo   Liste 3

2 commentaires:

  1. Un beau texte où les mots imposés s'imbriquent avec aisance et justesse.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime ces petits fétus du passé...
    Et cette belle histoire un peu improbable de la danseuse brisée...
    Bravo pour ce beau texte
    ¸¸.•*¨*• 🦋

    RépondreSupprimer