Bienvenue sur Treize à la douzaine, un blog d'écriture partagée...

Bienvenue sur Treize à la douzaine, le blog d'écriture partagée proposé par Annick SB...



P comme promenade

Adrienne



On va se promener ? disait-il chaque fois qu’il voulait se reposer la tête après avoir passé la journée dans son épicerie. Il posait le crayon qu’il gardait derrière l’oreille et je le suivais avec empressement.

On va allonger le pas, disait-il en voyant le soleil disparaître derrière les fines ramifications du saule pleureur au coin de la rue.

Car il y avait toujours une danse nuptiale à admirer, le vol d’un xylocope chargé de pollen ou une de ces nombreuses aides de la police scientifique, les mouches nécrophages.

Beaucoup d’enfants se montrent réfractaires à la promenade, ne voient pas de sens à une marche dans la nature mais avec lui chaque fleur sauvage recevait son nom et sa fonction dans le grand tout que forme l’univers.

Un riche savoir qui ne peut me consoler de sa perte et qui me fait passer pour une prétentieuse chaque fois que je nomme une plante par son nom latin.

Adrienne    Liste 3

12 commentaires:

  1. Se promener est si agréable (que l'on connaisse ou pas le nom des plantes et des insectes d'ailleurs )On peut s'émerveiller tant il y a de choses à observer et à admirer ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Annick pour le jeu et le commentaire :-)

      Supprimer
  2. Mais non tu n'es pas une prétentieuse tu es une personne cultivée et c'est bien !
    Au moins tu peux faire profiter de ton savoir.
    On est tous doué en quelque chose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ce gentil commentaire, Ghislaine :-)

      Supprimer
  3. La poésie et la promenade font bon ménage
    Et dans cette harmonie tu excelles

    RépondreSupprimer
  4. merci pour le compliment, Jak, ça fait plaisir :-)

    RépondreSupprimer
  5. 10 lignes seulement et tout y est ? On ne peut vraiment pas rivaliser avec la grande prêtresse qui sacrifie au culte du vergiss-mein nicht ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pourquoi vingt lignes quand dix suffisent, telle est ma devise ;-)

      Supprimer
  6. Oui un tel homme, que j'appellerais un épicierudit, c'est une vraie perte quand il disparait...
    bravo pour ce texte concis, Adrienne !

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  7. ah bravo, c'est très fluide, le crayon derrière l'oreille de l'épicier, jolie idée

    RépondreSupprimer