Bienvenue sur Treize à la douzaine, un blog d'écriture partagée...

Bienvenue sur Treize à la douzaine, le blog d'écriture partagée d'Annick SB...



R comme reproche

Adrienne



Tout en tirant l’aiguille, grand-mère observe Francesca qui dégonfle et enroule le matelas pneumatique à la force des bras et des genoux. Pas dupe, la nonna, mais elle aime qu’on se plie à l’étiquette: aussi longtemps que Francesca n’est pas mariée, on installera ce matelas à côté de l’entrée chaque fois qu’Antonio passe la nuit sous leur toit. Il vaut juste mieux ne pas venir contrôler au milieu de la nuit s’il y repose.
Un garçon en or, cet Antonio. Aucun reproche à lui faire. Gentil, attentionné, il te porte ton cabas plein de verdure au retour du marché, te fait savourer la meilleure pasta au basilic, te répare un robinet qui goutte.
Elle sait bien, la nonna, qu’on ne peut avoir aucune certitude sur l’issue d’un mariage, mais vraiment, c’est un garçon en or, aucun reproche à lui faire.
Sauf peut-être qu’il est un Capuletti et eux des Montecchi.
Mais on ne va pas, se dit-elle en se calfeutrant encore plus profondément dans son fauteuil, remuer ces histoires anciennes. 

Adrienne   Liste2

4 commentaires:

  1. Les capuletti et les montecchi sont pourtant de bonnes pâtes !
    Al Dante, comme disent les italiens...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. :-)
    merci pour le commentaire, Célestine!

    RépondreSupprimer
  3. Il a du mérite, le jeune homme, parce que dormir sur un matelas pneumatique, ce n'est pas toujours très top !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça doit être pour ça qu'il n'y dort pas ;-)
      merci d'être passé, Joe!

      Supprimer