Bienvenue sur Treize à la douzaine, un blog d'écriture partagée...

Bienvenue sur Treize à la douzaine, le blog d'écriture partagée proposé par Annick SB...



La quinzaine du blanc

Mony

-         Et de cette pile-là, madame Chêne, j’en fais quoi ?
-         Ces draps, je les avais achetés lors d’une quinzaine du blanc…
-         Ah ! en hiver alors, madame Chêne ! Vous étiez partie au ski ?
-         M’oui, c’était en hiver la quinzaine du blanc… quant au ski, Laëtitia… à l’époque…
-         Moi aussi j’aimerais partir skier, déguster une raclette au soleil face à la montagne et puis j’ai vu sur le Web des cornets à frites pour fondue savoyarde, le top !
-         M’oui, je vois cela d’ici, je le vois très bien au vu de votre mine resplendissante.
-         Ah, vous avez remarqué, madame Chêne… j’ai fait une touche…
-         Une touche ? Oh, vous voulez dire que c’est la cavalcade dans votre  cœur, Laëtitia ?
-         Cavale-quade ? Heu, non, mais c’est comme si des chevaux couraient au galop dans ma poitrine quand je vois Brice.
-         Brice ! Toute la Bretagne à vos pieds, Laëtitia.
-         Ben non, quelle idée, il est pas breton, Brice !
-    Soit, soit… Avant de continuer, voulez-vous partager avec moi une tisane à l’écorce d’orange avec quelques lanières de zeste de citron ? Il faut juste que je retourne à la cuisine, j’ai oublié la passoire.
-         Juste un verre alors, madame Chêne, parce que moi les épluchures j’aime pas trop, je préfère les orangettes au bon chocolat.
-         M’oui, je vois cela…
-         …pourquoi vous dites « M’oui, je vois cela » alors qu’il n’y a pas d’orangettes ici ?
-         Vous avez raison Laëtitia. Ce que je radote est bien loin de l’anaphore.
-         Alors, là, madame Chêne, je ne sais pas qui est Anna Fore. Une de vos amies peut-être ? Mais c’est pas tout ça, je m’en vais chercher la passoire et l’échelle pour arriver à cette pile de draps.
-         L’escabeau, Laëtitia, l’escabeau suffira… Vous pourrez les déposer dans cette caisse à ma droite. Je les ai assez vu ces sempiternels draps blancs qui traînent là-haut depuis des lustres, je vais m’en défaire. Moi, ce que j’aime ce sont les couleurs chaudes, les tissus soyeux.
-         Je suis bien d’accord avec vous, madame Chêne, la collection de draps de ce San Peter Neil n’est pas très gaie. Elle n’a pas dû avoir beaucoup de succès. Et vous me dites qu’on lui consacrait une quinzaine spéciale ? Drôle d’idée. Et on les mettait sur les lustres ? Bizarre, vraiment !
-         Oui, Laëtitia, la vie est parfois bizarre. Voyez, si je ne m’étais pas cassée la jambe et si je n’étais pas immobilisée dans cette chaise roulante nous n’aurions jamais fait connaissance.
-         Alors là c’est bien vrai, j’adore venir vous aider, madame Chêne, et puis j’en apprends tellement à votre contact.
-         Moi aussi, Laëtitia, si vous saviez… vous êtes un vrai petit rayon de soleil.
-         Oh ! madame Chêne, c’est exactement ce que me dit Brice ! Dites, vous ne m’en voulez pas si je vous appelle Chêne ? Oak, c’était le prénom américain de mon ex… et il n’était pas tendre, lui.


Mony    Liste 1

12 commentaires:

  1. Toujours malicieuse, Mony pour détourner les mots avec humour! Bravo

    RépondreSupprimer
  2. ;-) Bel exemple de génération spontanée !

    Mais je n'ai pas compris non plus : "Brice, toute la Bretagne à vos pieds" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aloooors...soit madame Chêne a connu un Brice breton, soit elle situe Nice au sud de Brest, soit son grand-père lui a dit un jour que Brice était un prénom breton, crénom, soit elle perd un peu la tête, ce dont je doute, soit elle se moque gentiment de Laëticia, ce qui n'est pas très charitable, soit, soit... Je lui poserai la question lors de notre prochaine et éventuelle rencontre. Est-ce que ceci éclaire votre lanterne, monsieur Jo au si joli nez ? Merci de votre lecture, Joe

      Supprimer
    2. Holala les jeux d emots !! Génial j'adore !

      Supprimer
    3. Merci de ta lecture Ghislaine.

      Supprimer
  3. J'ai bien aimé ce dialogue rafraîchissant comme un flacon de soupline.
    Belle quinzaine du blanc...
    Anna Flore c'est génial.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  4. J'ai beaucoup aimé les jeux de mots avec les mots imposés. Ils rendent très sympathique
    la demoiselle Laetitia. Bien vu Mony ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Yvanne, d'avoir lu mon petit texte.

      Supprimer
  5. La quinzaine du blanc avec détournement de treize mots au service du sourire neuf : bravo et merci Mony pour ce bon moment de lecture !

    RépondreSupprimer