Bienvenue sur Treize à la douzaine, un blog d'écriture partagée...

Bienvenue sur Treize à la douzaine, le blog d'écriture partagée proposé par Annick SB...



La sempiternelle page blanche

Jak 

L’hiver est installé et perdure, et ce n’est pas encore demain que la grenouille montera à l’échelle pour annoncer le beau temps.
Je dois  écrire sans faute pour le 13, nous sommes  déjà le 23, dix jours de retard.
De surcroît les touches de mon clavier font  des leurs ; les majuscules s’inversent en minuscules.
La bérézina dans ma tête, je n’ai pas la frite
D’autant plus que dans mon texte il faut que j’incorpore un mot barbare, anaphore.
Sur le coup j’ai pensé qu’il s’agissait d’une fleur, cela m’aurait remonté, le moral.
Non,  c’est un style littéraire, la  répétition en début de phrase d’un mot.
Tiens-tiens,  une idée pour mes futurs textes.
Dans mon crâne un peu fêlé,  une véritable cavalcade de mots se bouscule, mais il n’y en a aucun qui ne veuille s’accoquiner avec le suivant, tant et si bien que j’écris en  charabia.
Mes doigts sont gourds, à cause du froid car EDF a coupé le chauffage, -en effet  je bénéficie d’un tarif spécial EJP mais en période de froid intense sur un certain nombre de jours dans l'année,  je dois réduire ma consommation et de ce fait  ne peux faire fonctionner mes radiateurs   car cela me ruinerait.
Encore bien heureux que j’ai pu engranger  un stock de bois.
C'est du chêne à l’écorce  exhalant l’odeur  de la mousse, mais il faut alimenter la cheminée....
En plus de cela, en prévision de la froidure,  je suis affublée d'une  vieille salopette fabricotée  en grosse laine, mais ses  bretelles devenues  lanières, sont flasques depuis le temps que je la met, et sans cesse  elles  tombent. Comme savent si bien le faire celles des vieux soutien-gorge de mémés.
Et cela participe de  mon agacement, et ne revigore pas mes neurones
Je prends 5 minutes pour me faire un bon thé chinois,  sur un plateau, près de mon ordi.  J’ai tout ce qu’il faut, thé théière, passoire et verre ainsi que bouilloire électrique.  Cela m’évite de me déplacer. A mon âge j'économise mes articulations.
Je me remets au travail, mais hélas, je reste devant la sempiternelle page blanche.

Qu'à cela ne tienne, je vais raconter mes malheurs à Ghislaine, sûr et certain, elle va me consoler.

Jak    Liste 1

8 commentaires:

  1. Reste près du feu avec ton bon thé ; ça te réussi ! La sempiternelle page blanche est en effet très bien noircie !

    RépondreSupprimer
  2. Mais oui ma cherie
    Viens donc me voir va !!
    super ton texte .........
    bisous ma Jack

    RépondreSupprimer
  3. Allez , on remet une bûche dans le feu...et les doigts vont se dégourdir, l'inspiration ...revenir ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Que serait-ce si tu avais l'inspiration ! ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  5. J'espère que le chauffage est rétabli, ne prends pas froid, Jak ! A l'occasion j'aimerais te voir dans ta belle salopette en laine. Tu n'as pas une photo ?

    RépondreSupprimer
  6. On s'y croirait tellement le décor est bien campé ! Jusqu'aux bretelles...:-)
    Bien ri !

    RépondreSupprimer
  7. Raconter ses malheurs c'est très tendance, actuellement. Genre le "longtemps je me suis couché de bonne heure sans trouver le sommeil" qui plaît tant à notre ami belge ! ;-)

    Ca manque un peu d'images ici, pas vrai, Miss Jak ? ;-)

    RépondreSupprimer