Bienvenue sur Treize à la douzaine, un blog d'écriture partagée...

Bienvenue sur Treize à la douzaine, l'atelier d'écriture partagée proposé par Annick SB...



L'embarras du choix

 La Licorne



Dans mon enfance, mes parents, qui ne voulaient rien m'imposer... ont passé leur temps à me demander de faire des choix :

Pesto ou sauce tomate ?

Violoncelle ou piano ?

Tricot ou pull-over ?

Résultat : à force de me triturer les méninges, à un âge où j'aurais préféré les voir "trancher", je suis devenu un adulte envahi par le doute... jamais sûr de prendre la bonne décision.

 

Je vais de dilemme en dilemme :

Cravate ou pas cravate ? 

Théâtre ou cinéma ? 

Julie ou Isabelle ?

Chaque choix est un supplice, un piège, un traquenard. 

Je me perds dans la toile de mes hésitations...

Et quand, au restaurant,  je sors mon petit carnet pour noter les propositions du garçon et y réfléchir... je vois fleurir autour de moi les regards interrogateurs.

 

Comment font-ils, tous, pour se décider à une vitesse époustouflante ?

Alors que la simple opération matinale du "choix de veste" me prend un bon quart d'heure...et que je ne peux pas m'empêcher d'y associer plusieurs consultations du thermomètre extérieur ?

Je crois que je ne le saurai jamais...

La nature humaine a des mystères secrets que je ne cherche plus à comprendre.

.

 

La  Licorne    Liste 38


Chères libertés

 Jill Bill



Le choix est une force

L'imposer c'est envahir la liberté.

 

Au carnet de celle-ci, entre autres,

 Jouer du violoncelle

Faire du tricot

Peindre une toile

    Fleurir une chapelle   

Préférer la tomate au poivron

 Libre de ses actes, sentiments.

 

Et puis dans la vie jouer franc jeu

Point partisan du traquenard

Opération appeau de l'arnaqueur

Qui fait grimper la température

 De sa victime chauffée au gain

Epoustouflante de crédulité...

 

Jill Bill     Liste 38


Cool jazz

 Vegas sur Sarthe



Le duo jazz violoncelle guitare jouait ce qui ressemblait à une bossanova.

Au thermomètre de la libido, ma voisine devait dépasser les 45° et sur son tricot au décolleté époustouflant s'étaient mises à fleurir des branches de tomates cerise comme sur une toile de Cézanne.

Je luttais de toutes mes forces pour ne pas me laisser envahir par les accents brésiliens quand ma voisine sortit un petit carnet où figuraient ses coordonnées …

Elle s'appelait Antoine et le traquenard de l'opération esthétique était très réussi. J'ai fait le choix de m'enfuir

 

Vegas sur Sarthe   Liste 38


C'est mon choix

 Laura 



C'est mon choix... imposé                                                                                                                  

Par trop de curiosité                                                                                                                                                  

C'est mon choix, ma force

Et ma faiblesse

"La curiosité est un vilain défaut."

Vous pouvez me jeter une tomate

Je ne la mangerai pas

J'ai un carnet, des cahiers

Des feuilles, des bloc- notes

Tout ou presque m'intéresse

L'époustouflant comme ce qui peut

Paraître ordinaire

Pour faire grimper le thermomètre de mon âme

Je marche, regarde, marche, regarde

Jusqu'aux douleurs fulgurantes

Qui sont de toute manière sourdes

A mes demandes. Autant me faire une toile

De maître ou de cinéma ; en plus,

C'est bon pour l'économie

Pas la mienne, opération commando

Rush sur le tricot de la ville

Dont j'enfile les mailles

Les couvre-feux peuvent fleurir

Il me reste du carburant pour mon moteur

J'ai raté le coche de la musique : violoncelle

Et piano mais je prends toujours les pieds

Dans la queue du traquenard

Des choses à comprendre que je laisse

M'envahir : C'est mon choix... imposé  

 

Laura    Liste 38                                                                                                               

Liste 38

1 force

2 tomate

3 carnet

4 époustouflant 

5 thermomètre

6 toile

7 opération

8 tricot

9 fleurir

10 violoncelle

11 traquenard

12 envahir

  et le 13ème pour le thème : choix

En sortant du ciné

 Lecrilibriste



La soupape des joyeux drilles frise l'explosion face à l'arrogance de la serveuse quand Bruno lui dit qu'on veut gobichonner.  Elle nous toise sévère, avec ses yeux soulignés d'un trait de charbon noir….  

Ici, nous dit-elle on ne fait pas ça. On sert des repas et on mange !

Mais qu'est-ce qu'elle croit ? Bien sûr qu'on vient manger ... Alentour, tous les restos sont fermés ! Et après la dernière séance de cinéma, c'est l'habitude qu'a pris la bande... Aller gobichonner ! C'est Bruno qui nous a sorti ce mot un jour et personne n'a su lui dire ce qu'il signifiait mais on a pris le fou-rire avec toutes les significations bizarres que l'on a données. Et du coup, on l'a adopté !

Bruno qui pratique avec délectation le français sort un tout petit livre de sa poche révolver et feuillette ... feuillette... feuillette.... Mais qu'est-ce qu'il fait cette andouille. Il va nous faire exclure avec sa blague qu'il sort comme un polichinelle de sa boite !

Voilà qu'il se compose un air de savant fou et lui montre un coin de la page avec son index.

« Lisez Mademoiselle »

 Toute la bande sait bien ce que c'est et se retient de sourire, craignant une aggravation qui nous ferait sortir manu militari du seul resto encore ouvert …. On le connaît Bruno avec son dictionnaire et son côté farceur et nos cœurs à l'unisson tapent en cadence en attendant la réaction de la serveuse...

Elle devient cramoisie, elle éclate de rire, laissant soudain toute arrogance au placard et dit 

« Excusez-moi, mais je n'avais pas compris ça, mais tout autre chose ! Je vous installe » .

Elle nous dirige vers une table ou s'épanouit dans un vase une belle fleur que personne ne connaît Bruno, toujours un peu dragueur et pour satisfaire son amour des mots  lui demande comment s'appelle cette fleur. Elle sort d'une poche de son tablier une carte de visite... C'est l'adresse du magasin de fleurs qui est en face.

« C'est une fleur exotique,  mais le nom est compliqué, je ne m'en souviens plus, la vendeuse vous le dira, elle est comme vous, elle  trimballe  toujours dans son sac son dictionnaire des fleurs  et c'est … c'est ma sœur !

Tout le monde se regarde... Tiens, le hasard, fait bien les choses... elle irait bien pour toi, Bruno la petite marchande de fleurs !

 

Lecrilibriste        Liste 37


Marre !

 Mister K



A force de manger

A ton infernale cadence goulue

A ne penser qu’à gobichonner

Je suis sur des charbons ardents

Je te le dis sans arrogance

Et même si je ne te fais pas une fleur

Tu ne vas pas péter une soupape

Si je vide mon sac

J’en ai marre de composer

De regarder ailleurs alentour

Car sur la pente de l’aggravation

On ne peut rien exclure

Alors

Arrête ton cinéma !

 

Mister K    Liste 37


Marre des bouffeurs de Pop'corn

Vegas sur Sarthe



Au cinéma il y a ceux qui mangent discrètement et puis la fine fleur, ceux qui gobichonnent en cadence leur gros sac de pop-corn en zieutant alentour avec arrogance celui ou celle qui pétera une soupape.

Ceux-là refuseront de composer quitte à se faire exclure pour mastication aggravée.

L'aggravation nous guette tous … il ne faut pas désespérer.

A force d'aller au charbon, on touchera un jour le fond … de la bêtise.

 

Vegas sur Sarthe    Liste 37




Au cinéma

 Laura



Au cinéma

Peu importe l'arrogance

De ceux qui ont toujours trop confiance

Au cinéma, on voit les fleurs pousser

Sans avoir à les arroser

Le cinéma est ma soupape

De repos et de pleine conscience

Dans mon sac, je mets les films à voir

Et sur internet les films vus

Au cinéma

Pas besoin de composer

Avec les autres

Alentour, c'est le noir

Qui gomme mon désespoir

Avec l'aggravation

De l'état du monde

Au cinéma personne

Ne peut m'exclure

Je peux manger ma pomme

A la cadence des images

Je gobichonne l'instant

Je vais au charbon

De l'imaginaire

 

Laura      Liste 37


Ce soir j'me fais...

 Jill Bill



Quand la soupape est prête à exploser

Que le gagne-pain nous mène la vie dure

Qu'on mange ou lieu de gobichonner,

Que même sous l'azur

On ne voit que le noir charbon

Qu'au vase la fleur se momifie  

Que le rouge poisson

Flotte, à l'agonie...

 

« Envie de changer de planète

Envie d'aller au cinoche

Marre d'emballer tel un singe savant

Pour des cacahuètes

    Que j'empoche     

 A la fin du mois, avec un air content... !

 

Composer avec l'arrogance du contremaître

Ne jamais vider son sac

Sous peine d'un renvoi, de disparaître

Après un tintement des doigts, clac !

Que cadence et rentabilité perdurent

Vis à vis de la concurrence éloignée

Et alentour, ah ne pas l'exclure,

Monde de fauves qui se bouffent le nez !

 

L'aggravation, mot grave, mot poison...

Ce soir j'me fais « Le dîner de cons » !

 

Jill Bill     Liste 37


Liste 37

 1  arrogance

2  fleur

3  soupape

4  sac

5 composer

6  alentour

7  aggravation

8  exclure

9  manger

10 cadence

11 gobichonner

12 charbon


et le 13ème pour le thème : cinéma

Une vie sans artifice

 Randover



C'est moi qu'on appelait parfois « le melon », non pas pour ma rondeur, la taille de ma queue ou mon goût sucré, non, simplement pour mes origines....

Oui j'étais de là-bas, outre méditerranée où j'avais un bel atelier de tissage qui, ma foi, ne tournait pas si mal.

La ribambelle de femmes bruyantes et chamarrées qui chaque jour se bousculait du matin au soir pour m'acheter ou commander qui une couverture, qui un tapis de prière ou n'importe quoi d'autre témoignait de mon succès.

Et je bossais dur comme un forcené mais toujours avec entrain. Comme j'aimais ce métier, sublime fusion de création et de travail acharné ! Et je tissais je tissais... des étoffes et des liens...

Un beau jour, ou plutôt un funeste jour...la guerre est venue, avide de sang et de malheur.

Comment peut-on comprendre cela ? La colonisation l'indépendance...Nous vivions en paix est ce que ça ne suffisait pas au « remplissage » de nos vies avec du travail oui et surtout du bonheur ? Je ne veux pas de nouveau relancer le débat qui a fait tant de victimes.

 J'ai fait un choix, était-ce le bon  ? Mais il a fallu fermer, partir définitivement et arriver ici, seconde mère patrie ou plutôt mère indigne qui n'a même pas récompensé les efforts, le courage le dévouement envers elle avec le moindre petit médaillon....

Ne jamais se laisser abattre disait mon grand-père...je ne suis pas craintif je suis même plutôt courageux alors j'ai refait ma vie ici .Mais quel changement  ! et cette suspicion vis à vis de mon teint basané qui a mis des années à s'atténuer....

Enfin...j'ai pris des risques et puisque « avant » était fini j'ai construit mon présent et j'espère mon futur...


Randover    Liste 36