Bienvenue sur Treize à la douzaine, un blog d'écriture partagée...

Bienvenue sur Treize à la douzaine, le blog d'écriture partagée proposé par Annick SB...



Coordonner

Vegas sur Sarthe



Au réveil c'était chaque fois la même vision, la même hantise... Germaine se lovait contre moi, m'écrasait, les yeux bordés de reconnaissance : »Fichtre !
T'étais seul cette nuit pour me faire tout ça ? »
Je jouais les blasés : « Qu'est-ce qu'on a fait ? »
Elle énumérait des trucs chopés dans Nous Deux ou dans quelque kama-sutra à deux balles : « L'aspirateur infernal... la lime ravageuse... le butineur de pétunia... l'arrière-train postal... le stylo-feutre en folie...»
Alors il lui fallait allumer la lumière pour me soumettre à un examen épidermique interminable.
Elle insistait, c'est son acharnement qui me gavait : « Comment tu fais tout ça ? »
En soupirant, je rejouais les blasés : «Il faut savoir coordonner»
Demain je prendrais mon envol, demain je partirai.

Vegas sur Sarthe   Liste 8

Justine

Rogermarc



Justine était très jeune quand elle l'a rencontré.
Lui, très amoureux, avait réussi à allumer chez elle une passion qui ne se démentira jamais. Il l'a séduite avec des pétunias, qu'elle adorait.
Mais rapidement, elle déchanta devant son machisme. Elle avait une autre vision de l'amour.
Pour lui, une femme n'était bonne qu'à passer l'aspirateurJamais aucune reconnaissance de sa part.
Mais comme il refusait systématiquement le dialogue, un matin, au réveil, elle réussit à coordonner ses idées et lui écrivit une lettre au feutre rouge pour symboliser sa colère. Fichtre ! Il refusa de la lire. Elle l'envoya donc en recommandé par courrier postal. Cette lettre est dans le dossier.
Je vous demande beaucoup d'attention à l'examen des faits. Justine ne se doutait pas que sa lime à ongle était si pointue et qu'elle s'enfoncerait aussi facilement dans son cœur.
C'était un accident, mesdames, messieurs les jurés. Et vous allez l'acquitter pour qu'elle puisse prendre un nouvel envol dans la vie.

Rogermarc      Liste 8

Envol

Jak


Ce matin, Aline, tout en fumant nerveusement, fait glisser  l’aspirateur sur la moquette  feutrée, essayant ainsi d’apaiser son impatience.  Allumer cigarettes sur cigarettes, semble  calmer sa surexcitation.
Pour peu de temps. Tentant toujours d’apaiser son émoi, elle jette un œil par la fenêtre pour contempler le jardin.
Fichtre ! pense-t-elle, j’ai oublié d’arroser les pétunias, c’est une vision d’horreur.
Ils sont tous étalés, épars, leurs corolles en débandade. 
Mais il lui est impossible de coordonner ses pensées.
Elle s’active s’énerve, mouille sa lime*, rien ne fait,  cela vrombit dans ses oreilles, tout comme la sonnerie d’un réveil qui vous rappelle à l’heure.
Ce matin, elle a reçu par pli postal une missive qui bouleverse sa vie.
En effet, l’examen  minutieux des termes est formel : Elle est acceptée.
Sa vie va embrasser un nouveau tournant, elle prend enfin l’envol qu’elle convoitait depuis si longtemps :
Elle s’est engagée  dans l’humanitaire.
Ce matin Aline  éprouve de la reconnaissance pour la terre entière, enfin  calmée, elle jubile tout en pleurant de joie.

*Argot : chemise


Jak    Liste 8

Fichtre !

Annick SB



Reconnaissance éternelle
Prendre conscience que ma vie s’est allumée pour l’Eternité
Senteurs de pétunia, de chèvrefeuille sauvage, de figues, de mûres, de rose
Multitude d’odeurs enchanteresses
Senteur de vie, d’amour, de calme
A jamais …
Ce matin, en passant l’aspirateur j’étais en prière, ici, simplement, dans le flux de la poussière amassée et aussi déjà loin, cachée sous terre et dans ton Ciel
Poussière et lumière
Comment coordonner cette folle envie de crier ton nom et le silence sage qui permet l’humilité ?
Le réveil bat la mesure
Je remonte le temps entre mon pouce et mon index
Les aiguilles me guident
Le temps passe et je m’assure que tu es là en fermant les yeux : examen de conscience
Tic tac boum ; je ne chavire plus
Je suis droite, fière, présente à tes souhaits
Aimante de tes mots
Mon cœur bat la chamade
Je reçois par voie postale des missives du Ciel
Des paroles d’amour
La beauté de ce monde
La grandeur du pardon
L’espoir de te revoir
Ma boîte aux lettres ne se tait jamais
Je t’aime …
Les montagnes peu à peu rétrécissent, limées par les sommets, anéanties par la prière et devenant elles aussi poussière, terre, fragments brisés
Je n’ai pas de vision ; c’est ainsi
Juste une passion dévorante
Juste la sensation indélébile du marqueur sur la feuille, du feutre sur la peau
Ça ne passe pas, ça grandit, ça monte ; prête à l’envol
Oh mon Dieu, tant d’Amour que je ne saisis pas toujours
Paupières closes, j’entends
Tu me chuchotes aujourd’hui encore, que tout est possible …

« Tout est possible à celui qui croit. » Marc 9.23

Annick SB    septembre 2018

E comme envol

Adrienne



- Moi je trouve, déclare belle-maman tout en pinçant d'un coup sec les fleurs fanées de ses pétunias, qu'il pourrait te montrer un peu de reconnaissance... mettre son réveil le matin, passer l'aspirateur, au lieu d'allumer la télé et de regarder MacGyver... surtout que tu es en période d'examen et que tu as déjà bien assez de travail!
Verdorie! elle a ajouté avec force, comment traduit-on 'verdorie'? Fichtre? Nom d'une pipe? Sapristi?
Marie et sa belle-mère ont une tout autre vision de l'hospitalité accordée à Muanza.
- Je ne veux pas, dit Marie, donner de prise à ceux qui insinuent qu'on a accueilli Muanza parce qu'on avait besoin d'un boy.
Elle y repense, penchée sur ses copies, le stylo feutre rouge en main, quand elle entend les coups de klaxon du facteur qui remonte l'allée. Muanza se précipite dans l'espoir d'un petit paquet postal. Longtemps que Rosemund ne lui a plus envoyé de cassette.
Il revient en effet avec un petit carton tout cabossé et esquinte le scotch avec une lime à ongles, si nerveusement que ses mouvements sont mal coordonnés et le carton réduit en pièces.
Trente secondes plus tard, la voix de Rosemund, surmontée par moments de cris et de babils d'enfant, résonne dans la maison.
Muanza l'écoute les yeux fermés.
C'est comme un envol pour le Ghana.

Adrienne    Liste 8


La diplômée.

Ghislaine



Elle rêvassait en passant l'aspirateur sur  le sol en feutre des bureaux !
Le réveil brutal de ce matin l'avait laissée encore dans sa journée d'hier sitôt les yeux ouverts.
Ce n'avait été une vision fichtre !! Non de non !! Elle l'avait eu son diplôme !!
Son examen !! Son IUT........L'envoi postal, elle l'avait encore dans la poche !
Enfin une reconnaissance de tous ses efforts !! Elle allait pouvoir coordonner son nouveau travail et son départ !

Un posté était déjà prévu pour elle et les cartons faits !
Bien sur, elle avait jugé présomptueux de préparer tout ça à l'avance mais elle s'était fait confiance !!
Un bruit la fit sursauter ! Mince déjà l'ouverture des bureaux !
Elle n'avait pas encore arrosé les pétunias, ni vider la poubelle !
Vite, vite elle s'activa puis rangea tout et se rendit à la cafétéria pour un petit café matinal ! Elle sortit sa lime, tranquillement, se fit les ongles, ce matin, elle n'était pas pressée, les cours étaient finis, son mémoire rendu, sa soutenance approuvée !!! Vive sa nouvelle vie, elle prenait son envol !!!

Ghislaine   Liste 8

Liste 8

1 fichtre
2 reconnaissance
3 allumer
4 pétunia
5 aspirateur
6 coordonner
7 réveil
8 examen
9 postal
10 lime
11 vision
12 feutre

et le 13ème pour le thème : envol

La lutte finale

Ghislaine 



Le réveil tinte dans le matin encore rouge des lumières de la nuit.
Le corps récalcitrant peine à sortir des draps où la maladie s'y attarde…
Pour escalader sa montagne de douleur, il n'a pas trouvé de formule idéale..
Pourtant il se bat tous les jours !
Il veut coopérer !
C'est un battant et chaque jour, il sort son instrument de torture et fait ses exercices !
L'eau de sa sueur se répand sur le tapis, il fait même le pitre, mimant une nage dedans !
Son corps de lierre vieilli et torturé ne veut plus s'accrocher !
Il n'y a plus de réponse pour lui !
La phase terminale avance vers sa conclusion !
Mais non de non !!!
Encore un peu, encore un effort !!
Pour quelques semaines, pour quelques mois encore !!
Il est ainsi le caractère de Pierrot !!
Jamais il ne s'avoue vaincu !!!!!!!!!!

Ghislaine    Liste 7

Sur les tableaux d'un noir profond.

Célestine



Ce soir j'ai une pensée pour toi, oui, toi qui vas reprendre le chemin de l'école, dans le petit vent aigre de ce matin de fin d'été.  Septembre a fourbi ses crayons, ses plumes, ses instruments et ses pages blanches. Pendant que ton cartable est encore lourd des grains de sable et de pollen que tu as volés à l'eau des lacs, aux oiseaux, aux murs de lierre.
Tes cahiers sentent l'air neuf, comme des bateaux repeints, et tes chaussures ont mal aux élastiques. Le réveil a sonné trop tôt. 
Je connais le sentiment qui t'agite : à la fois fébrile, inquiet et ébahi de te retrouver déjà là, à l'aube d'une nouvelle année scolaire qui te semble une montagne récalcitrante à escalader...
J'ai éprouvé si souvent ce pincement au coeur, et en même temps cette envie irrépressible de retourner te colleter avec la classe. Les débuts, comme les fins, enrobent toujours les coeurs de tiraillements ambivalents. Je connais ce trac, même après des années. Cette légère angoisse de la liste d'élèves, du premier contact, de la première mayonnaise : prendra-t-elle ? Ou retombera-t-elle mollement au fond du bol de tes illusions ? 
Et si tu avais perdu la formule ?
Je suis avec toi de tout coeur. Je sais, pour l'avoir aimé avec passion, que tu fais un métier lui aussi ambivalent. Merveilleux, exigeant, riche de bonheurs intenses, mais aussi chronophage, épuisant, anxiogène et parfois si déprimant... je connais ce découragement qui t'étreint parfois devant l'iniquité de certaines circulaires, et les maladies bureaucrates de l'administration qui tirent à boulets rouges sur tes forces comme sur les pis d'une vache. 
Je connais ton angoisse de faire du surplace, ou plutôt d'en avoir simplement l'impression. De voir passer les semaines plus vite que le sacro-saint programme. Alors tu vas coopérer pour effacer la solitude des soirs.
Mais je sais aussi que trente paires d'yeux vont te regarder avec candeur, ce matin. Le coeur frileux dans leurs habits tout beaux de rentrée des classes. Du fort en thème qui connaît toutes les réponses, au pitre qui cache son mal-être derrière ses pitreries.
Et que la promesse de leurs cerveaux à éclore est la plus belle récompense de ce métier vieux comme mes robes. 

A toi, l'Instit'. 
Je te dédie ces quelques mots en toute solidarité. 

Célestine   Liste 7

Un caractère trop trempé.

AlainX 



Le réveil avait sonné trop tôt, comme d'habitude. Dans la chambre à coucher d’Ernest il en était ainsi depuis sa maladie. Depuis que sa femme lui répétait que désormais il avait vraiment un sale caractère. Ce n'était pourtant pas de sa faute. Il avait été obligé de se mettre à l'eau, lui qui aimait tant le gros rouge.
Pour guérir il faudra coopérer serinait le médecin Mauvillain, en lui introduisant l'instrument idoine qui était destiné à explorer sa boyauterie pour voir si elle ressemblait toujours à du lierre. Pour cela il lui escaladait  le dos. On aurait bien dit un pitre. Comme il ne bronchait pas, ni ne se montrait récalcitrant, le médecin considérait qu'il avait de la volonté, un caractère bien trempé, et dès lors il se croyait autorisé à s'acharner sur la bête.
— Je vais vous concocter une nouvelle formule pour le clystère, s'exclama doctement (forcément) le Mauvillain, médecin  malgré lui et malgré tous les autres.
Sûr de lui, le médecin attendait une réponse positive d'Ernest.
Qui ne vint pas.
— Tudieu ! (Et quand un médecin tue Dieu, il y a de quoi se poser des questions) allez-vous me répondre ?


Pour répondre il eut fallu qu'il soit encore en vie.
Ce qui n'était pas le cas.
À force de lui peser sur le râble, Mauvillain l'avait homicidé.


Alain      Liste 7

Instinct

Jak



On le voyait de bon matin escalader dans le parc, les lianes arbustives du lierre de sa voisine.
A l’affût il biglait, scrutant d’un œil averti tout mouvement propice.
C’était une idée fixe chez lui, comme une maladie récalcitrante.
Sa tignasse rousse tirant sur le rouge semblait avoir été peignée avec les pieds du réveil.
Il était beau, Il sentait bon le sable chaud.
Amateur du sexe opposé, même s’il en bavait sang et eau à faire ainsi le pitre, il arrivait toujours à ses fins.
L’instrument d’une hérédité ancestrale, bien ancrée qui se transmettait de père en fils, il était, pour ainsi dire, victime d une Baisomania …..C’était dans ses gènes,
Toute la sphère scientifique avait coopéré à la recherche d une réponse.
Une seule semblait prévaloir : la continuité de la race, l’instinct de reproduction, pour reprendre une formule scientifique .C’est ainsi qu’il cherchait à tout prix de perpétuer l’espèce, ce brave Rantou, ainsi surnommé dans ce parc d’attraction où il vivait captif, loin de son Bornéo natal.

Jak    Liste 7

Nom de Dieu !

Vegas sur Sarthe



Au septième jour, le réveil est difficile. LUI qui s'est donné un mal de chien à créer l'eau, le lierre et la fameuse formule « Que la lumière soit, etc» se sent dépassé par les évènements.
Saisis d'une étrange maladie ses deux zigotos ne semblent pas coopérer : son Adam fait le pitre avec son instrument tout neuf pendant que son Eve astique une grosse pomme rouge en minaudant.
Pour couronner le tout le serpent récalcitrant refuse d'escalader l'Arbre de la tentation au prétexte qu'il aurait été traité au glyphosate.
Sa bonté ne serait-elle que de la faiblesse de caractère ?
IL cherche encore la réponse...

Vegas sur Sarthe    Liste 7